Et si le coaching scolaire n’était que l’arbre qui cache la forêt ? La partie visible de l’iceberg…

Pourrait-on aller jusqu’à la mouche qui cache… le crottin ?

Ces termes sont forts mais étonnamment positifs et remplis d’espoir.  Je m’explique…

Si nous ne voyons pas le premier arbre de la forêt, comment pourrait-on soupçonner la forêt ?  Si nous ne voyons pas la partie visible de l’iceberg, comment pourrait-on deviner sa présence et son risque ?  Si nous ne …. D’accord, je m’arrête là.  Vous avez compris.  Le coaching scolaire a mis en lumière un problème bien plus profond qu’on ne le pense !

Le coaching scolaire a fait son apparition parce que les jeunes étaient en souffrance dans leur vie d’étudiant (touchant souvent bien d’autres domaines) et que des êtres HUMAINS les ont écoutés et ont voulu leur venir en aide.  Ces êtres humains avec leur investissement et aidés par les neurosciences ont décidé de leur tendre la main, de les accompagner pour que les jeunes puissent vivre plus sereinement leur scolarité.

Est-ce normal que ces dernières années, les coachs scolaires aient tellement de demandes qu’ils soient obligés de mettre des jeunes sur liste d’attente ou de les renvoyer vers un collègue ?  Les jeunes sont stressés, démotivés, à la recherche de sens, sans méthode pour étudier, laisser à eux-mêmes dans une usine « à faire des résultats », sans plus aucune confiance en eux et sans estime de soi.

Pourquoi l’école met de nombreux jeunes dans de telles positions ?  

Et c’est là que je dis que le coaching scolaire cache le mal qu’est devenu notre système éducatif.  Il doit se moderniser, remettre le jeune au cœur de l’apprentissage, de SON apprentissage !

La bonne nouvelle, c’est que part l’émergence du coaching scolaire (l’arbre devant la forêt, la partie visible, …) aujourd’hui le problème est mis au grand jour et on ne pourra pas le cacher !  Il va falloir s’y atteler. 

 Je sais, ce genre de machine est comme un énorme pachyderme attaché à son territoire… Il va falloir du temps pour faire bouger les choses !  Mettre au goût du jour notre enseignement, le faire coller à notre réalité, notre société.  De très nombreux êtres humains s’en préoccupent et s’y mettent (enseignants, autres professionnels de l’éducation, parents, …).

Secrètement, je voudrais que dans l’avenir, le coaching scolaire ne soit plus qu’un lointain souvenir (un mot qui représente un temps ancien, dépassé).  Que l’éducation apprenne à apprendre dans le respect de tout être humain pour que chacun de nos enfants puisse s’épanouir et retrouver le plaisir d’apprendre.  

Apprendre, c’est s’offrir la liberté !

Sandra Crick

Enseignante primaire et coach scolaire

sandra.crick.coachscolaire@gmail.com

La page d’accueil de DCS

Le programme DCS


Laisser un commentaire