Être coach scolaire, c’est permettre aux jeunes de se sentir bien dans leurs études en améliorant
leurs performances scolaires mais c’est surtout leur donner les leviers pour s’impliquer dans leurs
apprentissages, peu importe leur âge.


Combien de jeunes pensent ne pas être capable d’y arriver ? Combien d’entre eux doivent
supporter des commentaires peu engageants voire carrément décourageants ? Combien d’entre
eux se contentent de « survivre » dans le milieu scolaire en grapillant des points çà et là juste pour
passer à l’étape suivante ?


Alors quand certains d’entre eux franchissent la porte de mon cabinet de consultations pour la
première fois où lorsque je les rencontre à l’occasion d’ateliers collectifs, nombreux se montrent
dubitatifs quant à ce qui les attend, parfois peu convaincus du bien-fondé de leur démarche et
des chances d’aboutir sur une issue positive ? Il en est même qui arrivent un peu contraints par
un entourage désespéré, en quête de l’ultime recours pour sauver un parcours scolaire qui ne
correspond pas à leurs attentes ou à celles de leur enfant.


Entamer un processus de coaching, c’est s’engager à réaliser un travail sur soi, prendre
conscience de qui on est et se faire accompagner pendant quelques temps pour au final parvenir
à vivre mieux sa scolarité ou ses études, avant tout pour soi-même.

C’est parfois long, ça demande pas mal d’efforts, mais au final, ça vaut le coup !


Parce qu’en cours de route, et c’est la meilleure récompense que je peux recevoir en tant que
coach scolaire, je finis par me retrouver face à un(e) jeune qui se prend en main et se transforme
petit à petit en « passe-partout » vers sa propre réussite.


Cette récompense laissera alors la place à ce sentiment paradoxal de la satisfaction du travail
accompli couplée à la petite frustration de voir notre collaboration prendre fin.

Jean-François Cimino – Master Key

Le site de Master Key

https://mkcs.be/

Laisser un commentaire