En tant que coach scolaire, nous avons souvent tendance à nous focaliser sur la méthode de travail de nos coachés, sur la confiance qu’ils s’accordent, sur la manière dont ils gèrent leur stress… Parfois, les parents nous avertissent de certains troubles neurodéveloppementaux et nous tâchons d’aider au mieux leur progéniture en proposant différents aménagements dans le suivi du coaching. Et s’il fallait creuser encore plus loin, dans les difficultés d’apprentissage pour mieux accompagner nos jeunes ? 

C’est l’idée amenée par Learning Brain, une équipe de neuropsychologues, lors de ma dernière formation. 

En effet, une dyslexie peut être, non pas la cause de la difficulté d’apprentissage mais le symptôme d’un autre trouble d’une des fonctions exécutives.

Il ne faut donc pas négliger les opportunités de renforcer celles-ci dès que possible, et ce le plus tôt possible

Mais comment faire pour entrainer ces habilités ?

Il faut donner des stimulations suffisantes aux jeunes pour qu’ils aient la possibilité de les renforcer aux maximum. En tant que parent, on peut par exemple, emmener son enfant au magasin même si c’est difficile pour nous parce qu’on sait qu’il touche à tout… Dans ce cas-ci, notre patience lui permettra de travailler son inhibition. 

En tant que coach scolaire, pourquoi ne pas profiter des petites pauses (merci à la méthode Podomoro !) pour s’inititier à des jeux de société qui les musclent ?  On sélectionne une partie des cartes si on a peur que le jeu soit trop long et c’est parti ! 

Ouga bouga ou Les sardines pour travailler la mémoire, Puissance 4 ou Le labyrinthe pour la planification, Jungle Speed ou Color Addict pour l’inhibition, Dooble ou Sushi Dice pour l’attention … Il y a tant de jeux à (faire) découvrir ! A vous de jouer !

Les fonctions exécutives, kesako ?

On parle de fonctions éxécutives lorsqu’on parle des habilités du cerveau qui nous permettent de nous adapter à de nouvelles situations. 

Notre cerveau limbique prend en charge toutes les activités que nous avons automatisées au fil du temps, comme se brosser les dents, conduire… Mais lorsque nous sommes face à des situations qui sortent de notre routine, le cerveau préfontal prend le relais grâce aux compétences exécutives. 

Celles-ci permettent de prendre des décisions et d’adopter des comportements adaptés à ces expériences inattendues. 

Mais quelles sont ces compétences ? Il s’agit de l’inhibition, la flexibilité mentale, la mémoire, l’attention, la planification, l’initiation et la mise à jour.

Aurélie Penninckx


Laisser un commentaire